Overblog
Edit post Follow this blog Administration + Create my blog

CICPA 36

CICPA 36

CitoyenNEs de l'Indre Contre le Projet de l'Ayraultport / Contact : cicpa36@riseup.net


Châteauroux : des échanges sans barrières au quartier Saint-Jean (nr.fr, le 27.05.21)

Posted by CICPA36 on May 27 2021, 11:13am

Categories: #presses diverses

De tous horizons, ils étaient une vingtaine à refaire le monde. © Photo NR

De tous horizons, ils étaient une vingtaine à refaire le monde. © Photo NR

Si vous arpentiez le quartier Saint-Jean de Châteauroux, hier après-midi, vous n’avez pas pu passer à côté. Plusieurs passants ont tourné autour de ce drôle de cercle, composé d’une vingtaine de personnes assises en tailleur sur des tapis colorés, parfois en chaussettes. Certains, intimidés ou ayant assouvi leur curiosité, passent leur chemin. D’autres entrent dans la ronde et saisissent le micro qu’on leur tend. « Je m’appelle Claude, j’habite le quartier depuis 2007. Je ne sais pas trop pourquoi je suis là », plaisante l’un d’eux, dont on apprendra par la suite qu’il est auteur et membre du collectif des Cent Voix !, qui œuvre pour la reconstruction identitaire et la réinsertion des personnes en situation difficile. Faire entendre sa voix, c’est l’objectif de cette agora publique, où ceux qui le souhaitent peuvent s’exprimer sur le thème de la mixité culturelle. « La mixité commence toujours par la rencontre avec l’autre », partage Ahmed, animateur culturel à Châteauroux. Et Francis, professeur, d’acquiescer : « L’autre ne peut m’enrichir que s’il est différent de moi. »
« C’était important que ça se tienne dans les quartiers de Châteauroux, pour redonner la parole à ceux qui y vivent », souligne Sophie, artiste. C’est lors de l’occupation d’Équinoxe, à laquelle elle a participé, qu’ont émergé ces « temps de réflexion où l’on philosophe sur la vie », que la Coordination des intermittents et précaires (CIP) a souhaité maintenir après l’assouplissement des contraintes sanitaires. Résultat, deux heures suspendues où des inconnus s’ouvrent les uns aux autres, se questionnent, se répondent, débattent et rient ensemble. Une chanteuse comorienne a même poussé la chansonnette dans sa langue natale, provoquant l’émotion de Sophie : « Elle a improvisé un chant devant des gens qu’elle ne connaissait pas, en pleine rue. C’est extrêmement courageux et généreux de sa part ! »
Après avoir « retrouvé de l’ensemble à un moment où on en manque cruellement » et au terme d’une lutte éphémère contre un communautarisme grandissant, chacun a regagné son horizon ; l’une à Cuzion, l’un dans son appartement, à deux pas de là, une autre chez ses parents, du côté du centre-ville.

To be informed of the latest articles, subscribe:
Comment on this post

Blog archives

We are social!

Recent posts